Béziers Méditerranée et le Biterrois en Europe
 

Dossier économique
Le tourisme
Rencontres culturelles
Recherche biterroise
Contact

Accueil des cadres
Célébrités de Béziers

Réussir à Béziers

Google

Hit-Parade

          Les dossiers : le tourisme biterrois

Voyager à Béziers Méditerranée : Sud de France, Conquistadoc, œnotourisme

Page en cours
Page suivantes

Renseignements pratiques

Les nouvelles de Béziers et l'actualité Biterroise
Statistiques :

Le parc touristique des Pays de Béziers et du Biterrois  

Un avis, une question, un contact, utilisez le formulaire

Beziers
Accès au formulaire

 

Site créé par Edouard Bertouy



 Voyager à Béziers

 

 

guide_beziers

 

 

Découvrir le guide de Béziers, escapades en Biterrois de Michel Fournier

        Un guide qui vient combler un manque : la ville de Béziers rejoint le club des villes qui disposent d’un guide touristique. Et dont le sous-titre : « Escapades en Biterrois » rappelle que Béziers a toujours été liée à son pays depuis l’ancienne civitas romaine à travers toutes les circonscriptions territoriales que l’histoire a créées. Qui rappelle aussi que Béziers constitue un pôle touristique à partir duquel on peut découvrir le Biterrois et en premier lieu les villages de l’agglomération Béziers Méditerranée, leurs sites, leurs monuments, leurs paysages

 

Guide de Béziers Escapades en Biterrois de Michel Fournier Editions du Mont. Le livre coûte 15 € il est disponible en librairie, aux Éditions du Mont 4, rue Frédéric Mistral 34370 Cazouls-les-Béziers (tél : 04 67 30 81 45) ou sur le site :
http://www.editionsdumont.fr

 

L'acropole de Béziers

Visite de Béziers :

Le centre ville

La croisée des eaux

La ville du XIXesiècle

L'extension de la ville au XXe et au XXIe siècles

Propositions de promenades dans le Biterrois

Adresses contacts touristiques et culturels

 

        

Personnages célèbres

Pierre-Paul Riquet constructeur génial

du Canal du Midi

         Érigée en 1838 par souscription nationale à l'initiative de la société archéologique, la statue de Paul Riquet célèbre, en ce siècle de progrès technique, le Biterrois le plus entreprenant de l'histoire de la ville. Pour sa réalisation, on fit appel à un des sculpteurs les plus côtés de cette époque, David d'Angers. la statue se trouve sur les Allées Paul Riquet.

 

Histoire de Béziers et du Biterrois

Se déplacer dans Béziers

 

        

La cathédrale, du haut de l'acropole, dominant l'Orb

        De sa cathédrale dressée sur la colline, Béziers domine la vallée de l’Orb et la plaine, de la mer à la bordure méridionale du Massif Central, entre la vallée de l’Hérault et celle de l’Aude. Au pied de la colline, fleuve et canal joignant leurs eaux ouvrent des perspectives de liaison vers la mer.

        Au coeur du Biterrois, Béziers est située au pied d'une zone touristiquement attirante (Parc Naturel Régional du Haut Languedoc, Lamalou, Minervois...) et au carrefour des rivières et des embouchures (Hérault, Orb, Canal du Midi) ; à la fois près du Cap d'Agde, de Valras, de Portiragnes et d'une zone littorale vierge (les Orphelières).

        Béziers vit sur une tradition et une réputation de «capitale du vin» et de ville occitane d’accueil et de fête. Les Festivités courent au long de l’année et rythment la vie de la Cité : la fête de Saint-Aphrodise et de Caritats, au printemps, les Festa d’Oc en juillet la Feria d’août, la fête du vin après les vendanges.

        Découvrir Béziers en vidéo ou en images : http://www.beziers-mediterranee.com/decouvrir Autres images


                          Sommaire du site


L’acropole, un musée à ciel ouvert


        
La ville de Béziers dispose de trois musées. Le musée des Beaux Arts Fabregat qui offre un ensemble de peintures anciennes françaises, italiennes, hollandaises, espagnoles auquel s’ajoute la collection d’art moderne ayant appartenu à Jean Moulin et des aquarelles et des dessins de sa main. Le musée des Beaux Arts Fayet, hôtel particulier du centre ancien où l’on retrouve une collection de peinture et de sculpture du XIXe siècle, en particulier le fonds d’atelier du sculpteur Antoine Injalbert. Le musée du Biterrois qui fait revivre l’histoire naturelle et humaine de Béziers et de sa région, illustrée par des collections de paléontologie, d’archéologie, d’histoire et d’ethnologie.

         Elle dispose dans l’acropole d’un musée à ciel ouvert. Le guide de Béziers, escapades en Biterrois, de Michel Fournier paru aux éditions du Mont en donne une excellente illustration. Il propose un cheminement dans le centre ville ancien qui part de la place Jean-Jaurès et de la statue de Paul Riquet, qui passe par la Madeleine puis qui pénètre dans l’acropole pour aboutir place de la Révolution à la cathédrale Saint-Nazaire. Un parcours qui se prolonge vers la place Saint-Cyr depuis laquelle par la rue Canterelle, depuis l’antiquité, on redescendait sur l’Orb, et qui permet de découvrir non loin de là l’église Saint-Jacques et les Anciennes Arènes Romaines, puis de traverser par la rue de l’Argenterie un ancien quartier médiéval que l’on remonte jusqu’à la place Gabriel-Péri et la mairie, emplacement qui avait été dans l’antiquité celui du forum romain. Un cheminement bouclé par la rue du Quatre Septembre-1870 qui offre par des escapades intéressantes la découverte de quelques hôtels particuliers.

         Ainsi, dans cet espace compris entre les Allées Paul Riquet et l’abrupt de la colline Saint Jacques, au-dessus de l’Orb, enfermé à l’intérieur de remparts ont cohabité jusqu’au XIXe siècle les lieux de pouvoir et les lieux de prière. On y trouve un paysage médiéval essentiellement, enrichi de façades classiques du XVIe au XIXe siècles, troué de quelques voies Haussmaniennes.

Sommaire du site


L
’image de marque du territoire


L’image de marque du territoire

  

  La situation méditerranéenne
  La qualité de la vie, l’avantage du climat
  La tradition et la qualité d’accueil
  Une ligne de passage obligé
  Un carrefour de communication
  Un nœud majeur et un pôle de communication en Europe
  Béziers, ville centre de l‘Ouest Hérault

 

 

  Des perspectives démographiques favorables
  Des perspectives économiques et un développement dynamiques.
  L’appartenance à un chapelet de villes moyennes
  L’esprit de conquête : une dynamique de développement
  Une ville qui se rénove

 

 

 

 

 

 

L’image de marque de l’économie

  La situation méditerranéenne
  Une ligne de passage obligé
  Un carrefour de communication : un pôle géo-économique et une position stratégique
  Un nœud majeur et un pôle de communication en Europe
  L’appartenance à un chapelet de villes moyennes
  Béziers, ville centre de l‘Ouest Hérault

  Le Biterrois dispose encore de larges espaces disponibles
  Le repositionnement des filières économiques traditionnelles, le renouveau de la viticulture, de la vigne et du vin
  Les secteurs d’activités, le secteur industriel
  L’engagement dans l’innovation technologique, le défi de la matière grise
  La qualité des réseaux d’entreprises
  Les infrastructures telles que la jonction de l’A9 et de l’A75, l’aéroport Béziers Cap d’Agde en Languedoc, le Canal du Midi, la ligne à grande vitesse…
  Les parcs d’activité économiques

  Des services de soutien et d’accompagnement de qualité
  La qualité de la formation et des ressources humaines
  La qualité du soutien et de l’accompagnement des entreprises (BME)
  Une dynamique de développement universitaire
  L’art de vivre
  L’ouverture à l’international

L’image de marque du tourisme

  Une destination :
    La situation méditerranéenne, une ville méditerranéenne
    La mer méditerranée
    La valorisation de Fonseranes et du Canal du Midi
    L'arrière pays
    Les activités de pleine nature
    L’art de vivre l’avantage du climat

  Les atouts :
    Classement en catégorie 1 de la marque qualité tourisme pour l’Office de tourisme communautaire
    La carte de la culture
    La richesse du patrimoine architectural et touristique
    L’histoire
    Les racines occitanes
    La qualité des animations, la tradition de la fête, la feria
    A venir : ville ou pays d’art et d’histoire
    La participation des habitants à la promotion touristique avec la carte d’ambassadeur

  Les prestations :
  L’offre de nouveaux services
  La qualité des prestations touristiques et des manifestations et leur gratuité pour un très grand nombre d’entre elles
  Le renouveau de la vigne et du vin, l’œnotourisme
  La qualité de l’hôtellerie de plein air
  La gastronomie

Sommaire du site

 
 

 

Guide d'accès aux pages du site
Sommaire
Index général

 


 

Visite touristique de Béziers
 
Le centre ville

Une signalisation touristique et patrimoniale pour Béziers


        
La signalisation touristique et patrimoniale mise en place à Béziers a pour vocation la valorisation du patrimoine naturel, historique et culturel, de faire connaître et attirer, informer, guider et accueillir.

         Cet ensemble de signalisation touristique se décompose en :

      • 6 totems de porte placés à des endroits clés de la ville historique et signalant les anciennes portes de l’enceinte murale de Béziers.
      • 2 panneaux panoramiques installés sur le plan Saint-Jacques et le plan Saint-Nazaire décrivant le paysage que l’on y découvre.
      • 12 panneaux didactiques apposés sur les bâtiments expliquant en quelques lignes le message historique du bâtiment ou du site.
      • 74 jalons sur support petites bornes numérotées jalonnant le circuit de la visite.

         Les panneaux didactiques ont été posés sur les monuments suivants : église St Jacques, cathédrale St Nazaire, église de la Madeleine, chapelle des pénitents, Plateau des poètes, Cimetière vieux, Halles, Hôtel de Ville, Hôtel des barons de Sarret, Anciennes arènes, Hôtel Fabrégat, Hôtel Fayet.

Sommaire du site

Le centre ville, la ville historique
     

        C’est l’espace compris entre les Allées Paul Riquet et l’abrupt de la colline biterroise et de la colline Saint-Jacques au-dessus de l’Orb, enfermé pendant deux mille ans à l’intérieur de remparts.


        La découverte commence sur la place Jean Jaurès près de la statue de Paul Riquet (au-dessus du parking J.Jaurès) : c’était là une des entrées traditionnelles dans la ville. Cette place occupe l’emprise de l’ancienne citadelle. Il y avait eu aussi là le Palais neuf du vicomte au 13eme siècle, puis le couvent des dominicains aujourd’hui disparus.

 
Sommaire du site



Les Allées Paul Riquet


         Les Allées Paul Riquet marquent au 19
e siècle l'ouverture de la ville vers l'est et l'extension de l'espace bâti. Elles trouvent leur origine dans la «passejada» (la promenade) sommairement aménagée à partir du 17e siècle par le comblement progressif des fossés au pied des remparts et la plantation d'arbres. Elles seront achevées au 19e siècle par la démolition des remparts (1828), l'érection de la statue de Paul Riquet (1838), la construction du théâtre (1844). Elles seront complétées par le dégagement de la place Jean Jaurès, à partir de 1850, à l'emplacement de l'ancienne citadelle et par l'aménagement du plateau des poètes, terminé en 1875, pour habiller le talus qui les relie à la gare de chemin de fer construite en 1857.

         L'ensemble de cet axe ombragé de huit cents mètres de long a joué un rôle important dans la vie des Biterrois : lieu de divertissement quotidien, promenade et flânerie, accès au théâtre, fréquentation des cafés, des restaurants et de leurs terrasses - la célèbre « Apéritivo-polis» de Colette » ; vitrine de la prospérité viticole grâce à l'installation des agences bancaires et des boutiques ; quartier d'habitation qui consacrait la réussite économique et sociale et dont il nous reste un ensemble urbain monumental de grande qualité, typique du 19e siècle. La viticulture était alors synonyme de richesses et les réalisations prestigieuses comme le Théâtre municipal, le Plateau des Poètes, les Nouvelles Arènes en témoignent.

        Les Allées Paul Riquet constituent le lieu privilégié de loisirs, de la fête et des affaires. Elles accueillent tous les vendredis le marché aux fleurs. Foires ou manifestations diverses leur rendent leur ancienne animation. Elles plongent le visiteur dans le faste et l'opulence du XIXe siècle.
 

le Théâtre municipal

 

le marché aux fleurs du vendredi

 

le Plateau des Poètes

 


        
Le théâtre municipal : les deux terres cuites ornant la façade du théâtre, l'une représentant une scène d'une pièce de Sophocle, l'autre une scène de l'Avare de Molière sont de David d'Angers. On peut visiter l'intérieur de l'édifice pour découvrir un théâtre à l'italienne, plein de charme, auquel la structure de bois donne une acoustique particulière. Après une complète réfection de la salle et des espaces techniques, il peut contenir six cent cinquante spectateurs.

         Le plateau des poètes. Dessiné par le paysagiste suisse Buhler qui avait travaillé au bois de Boulogne à Paris, le plateau des poètes est ainsi appelé parce que la partie supérieure - le plateau - autrefois fréquenté par les amoureux et les artistes, reçut les bustes des poètes et écrivains occitans et de Victor Hugo, seul représentant de la poésie française. Dans ce jardin anglais, on peut admirer les sculptures d'Injalbert, biterrois, grand prix de Rome : l'enfant au poisson, sur la vasque du Bassin rond et surtout la monumentale «fontaine du Titan» oeuvre néoclassique représentant le géant Atlas portant le globe terrestre sur ses épaules et dominant un bassin d'où jaillissent des animaux marins. C'est le même Injalbert qui réalisera le monument aux morts de la guerre 1914-1918, au bas du plateau, face à la gare.

         Parcs et jardins de Béziers : Plateau des Poètes   La Villa Antonine   Le Cimetière vieux   Parc de la Gayonne   Parc Saint-Jean d'Aureilhan   Cloître du Jardin des Evêques   Parc de la Gare du Nord (Jardin Botanique)   Le Jardin Médiéval   Autres Jardins


         Près du théâtre municipal, la rue du 4 septembre 1870 était un des deux grands axes de la ville romaine, le decumanus maximus, qui avec le temps a perdu de son alignement rectiligne.

        Un crochet à droite permet d’accéder à la Chapelle des Pénitents ainsi nommée parce qu’elle fut affectée au 19e siècle à la confrérie des Pénitents, après avoir été depuis le 14e siècle l’église du couvent des Récollets (branche de la famille franciscaine) et, à la Révolution, vendue comme bien national.

        La chapelle des Récollets ou des Pénitents bleus, ancienne église du couvent des Récollets est une belle construction gothique. La préparation et la rédaction des cahiers de doléances de Béziers s'y déroula en 1789. On découvre un beau portail gothique flamboyant privé de sa statuaire au moment de la révolte protestante de 1562-1563 et un clocher très dépouillé mais très élégant.

         L'intérieur montre une église de style gothique méridional. Dans les chapelles latérales de gauche, deux tableaux, l'un (1780) représente Saint François de Sales prêchant devant Henri IV, l'autre un portrait de Saint François de Régis (1597-1640) originaire de Foncouverte (Aude).

Sommaire du site




La basilique Saint-Aphrodise
 

Itinéraire :
        En sortant de la chapelle des Pénitents, prend à droite la rue Guibal qui conduit à la rue de la République, une des grandes percées haussmaniennes du 19e siècle et grande artère commerçante. Tourner à gauche, remonter sur une cinquantaine de mètres pour prendre à droite la rue Casimir Péret. Quitter après une centaine de mètres pour entrer dans la rue Étienne Dolet et déboucher sur la place Saint-Aphrodise.

 

         La basilique Saint-Aphrodise a été construite sur la tombe de Saint-Aphrodise, le saint patron de Béziers, venu d'Égypte pour évangéliser le peuple.

         Pour des raisons de sécurité et en attendant une restauration complète, l’édifice est fermé pour une longue période et ne peut être visité. L’entrée latérale se fait par un porche gothique surmonté d’une frise en marbre blanc empruntée à un sarcophage plus ancien représentant des apôtres. A l’intérieur, on découvre une basilique à trois nefs de cinq travées dont les arcs retombent sur de gros piliers rectangulaires, structure qui paraît dater de la deuxième moitié du 11e siècle.

         Pour mieux connaître la Basilique et la légende de Saint Aphrodise, , il est possible sur un texte de « Réussir à Béziers » (au choix en français, anglais, espagnol, allemand, hollandais, portuguais, chinois et occitan) d’en savoir plus en composant le 04 67 48 83 04.

a
Sommaire du site




La Madeleine

Itinéraire :

        On revient par le même chemin qu’à l’aller sur la place Saint-Aphrodise. De là, par la rue des Têtes, la place Saint-Esprit et la rue Saint-Esprit, on parvient à l’autre église chère au cœur des Biterrois, Sainte-Madeleine.

Madeleine

 

        L'église de la Madeleine : construite au milieu du 12e siècle, elle était l'église des bourgeois et des consuls qui y prêtaient serment en entrant en charge. Elle a été le théâtre et le témoin des grands événements de la cité. En 1167, le vicomte y est assassiné par des bourgeois en délicatesse avec leur seigneur à propos de l'application de la charte de 1147. En 1209, église martyr lorsque les barons de l'armée de la croisade contre les Albigeois y mettent le feu pour faire périr les Biterrois qui s'y étaient réfugiés. Plus près de nous en 1799, elle reçoit la dépouille de l'évêque constitutionnel Monseigneur Poudérous qui y demeure malgré les ordres du préfet de la transférer ailleurs.

         Cette église a fait l'objet de travaux à l'extérieur et à l'intérieur dont l'objectif était de faire disparaître les ajouts et les transformations postérieures pour lui redonner l'allure qu'elle avait au Moyen Âge.

        Extérieurement, tous les éléments architecturaux apparaissent nettement : chœur, dont les ouvertures ont été agrandies et redessinées à l’époque gothique, nef centrale avec ses petites fenêtres romanes au-dessus des collatéraux et clocher massif à section carrée surmonté au 14e siècle d’une structure octogonale.

Sommaire du site




La cathédrale Saint-Nazaire


Itinéraire :
        En sortant de l’église, les hôtels particuliers des 17e et 18e siècles témoignent d’un quartier de notables. De la place de Madeleine, on gagne la place Pierre Sémard proche où les Halles remplacent depuis 1895 une église romane disparue, Saint-Félix. Au n°40, on admire la cour intérieure de la maison Roque (immeuble privé) où une galerie couverte au premier étage repose sur des arcs plein cintres (17e siècle) et l’escalier à vis du 15e siècle. En face sur le côté est de la place, au n°11, une inscription indique la maison natale de Paul Riquet.

        Par la rue Paul Riquet, on aboutit à la place des Trois-Six. Ces Trois-Six, représentés sur un chapiteau à l’angle nord-est de la place, sont les chefs de l’insurrection des bourgeois de Béziers en 1381, sédition des menuts (les petits, les pauvres, les moyens), contre les grosses (les gros, les riches) et contre le duc de Berry, gouverneur du Languedoc à la poigne fiscale un peu rude.

        Depuis cette rue, à gauche et à droite on peut parcourir le lacis de rues médiévales et de découvrir quelques immeubles intéressants. De là, par la rue Viennet on s’approche de la Cathédrale. Sur la Place de la Révolution s’articule l’ensemble épiscopal qui comprend la cathédrale, le cloître, le jardin des évêques et le Palais épiscopal, aujourd’hui Palais de Justice.


        La cathédrale Saint-Nazaire qui se dresse au sommet de l'acropole dans un ensemble prestigieux constitué par le clocher, le palais épiscopal, le cloître et le jardin des évêques. Elle fut construite sur les ruines de l'église romane de 1130, ruinée par le sac de 1209.

        La cathédrale est un bel édifice, symbole de la puissance du pouvoir épiscopal dont l'aspect fortifié répondait aux exigences de défense du Moyen-âge, sans cesse troublé par les guerres et les invasions. A l'extérieur, l'église est en réalité une forteresse, telle qu'elle apparaît de loin sur son éperon.

        Du parvis de la cathédrale, on entre dans le cloître, indispensable à la vie canoniale d’un chapitre de chanoines. Sur la Place de la Révolution, le palais épiscopal, devenu palais de justice, donne un bon exemple de construction classique : un portail majestueux, une cour d’entrée bordée de deux corps de logis bas, une façade classique comportant un rez-de-chaussée massif, un étage noble bien dégagé, un attique et au-dessus un balustre dissimulant un toit peu pentu. A l’intérieur, on admire le grand salon des évêques (gypseries, cheminée de marbre) devenu salle des pas perdus.

        On remarque la fontaine du 14e siècle qui se trouvait vraisemblablement dans le cloître et la colonne élevée à la mémoire des condamnés de 1851 - dont l’ancien maire Casimir Péret - qui s’étaient opposés au coup d’État de Louis Napoléon Bonaparte.

Sommaire du site




L'église Saint-Jacques
Itinéraire :
        Empruntant la rue Fabregat, on passe devant l’hôtel du même nom qui abrite le Musée des Beaux Arts et on descend vers la rue des Docteurs Bourguet en faisant un crochet par la rampe de Canterellettes, sur la place de même nom, à partir de laquelle on a un beau point de vue sur l'Orb et la campagne. Face à la rue Canterellettes, faire un crochet par la rue Massol où au n° 7 on trouve l’Espace Riquet (lieu d’expositions), ancien couvent des Dominicains qui a conservé un très beau plafond peint (école espagnole du 17e siècle) .
        La rue des Docteurs Bourguet conduit à la place Saint-Cyr. De cette place par la rue Canterelle, depuis l’antiquité, on redescendait sur l’Orb que l’on passait à gué puis sur un pont. Par la rue Saint Jacques, on parvient à la place et à l’église du même nom.



        L'église Saint-Jacques, ancienne abbatiale du couvent des Augustins, représente l'art roman médiéval dans toute sa pureté. C’était l’église du Couvent des Augustins apparue au début du 11e siècle. L’abbaye disparaîtra à la Révolution. L’édifice qui a subi bien des épreuves a été restauré dans les années 1970 qui lui a donné son visage actuel. C’est à l’extérieur dans le jardin qu’apparaît l’originalité de l’édifice non dans la nef mais dans le chevet. Du balcon du jardin, on peut admirer un beau point de vue sur le faubourg, les ponts sur l’Orb, le pont canal et les écluses du Canal du Midi.

        La ville a fait restaurer les vitraux en faisant appel à l’atelier Lorin de Chartres, l’un des plus grands ateliers de vitrail de France et plus particulièrement à Gérard Hermet et Mireille Juteau aidés par l’architecte Joseph Bremond. Gérard Lermet pour les vitraux de la nef, Mireille Juteau pour le chœur et la rosace. Les vitraux n’ont pas de thème précis mais visent à créer une ambiance avec la pierre, les couleurs propice au recueillement. Couleurs vives bleu, vert et rouge délimitées par le plomb pour l’abside et la rosace, tons bruns et jaunes pour la nef. A noter que l’orgue à tuyau du facteur d’orgue Merklin, d’esthétique néo-classique a bénéficié d’un relevage effectué par le facteur d’orgue Claude Berger, de Clermont-l’Hérault.

        En contrebas de l'église Saint-Jacques, on découvre l'ancienne caserne, construite en 1696 sur les plans de l'architecte montpelliérain Daviler, qui a abandonné toute fonction militaire pour abriter les services techniques municipaux et depuis 1989, le musée Saint-Jacques.

       Le Musée du Biterrois, musée national, par ses collections d'archéologie, d'ethnologie et d'histoire naturelle au caractère régional affirmé, porte témoignage du pays Biterrois.
On peut admirer au musée du Biterrois les moulages de neuf têtes, les plus belles trouvées en Gaule du Sud, où l'on reconnut divers personnages de la famille des empereurs. Ces têtes trouvées en 1844 à Béziers sont actuellement au musée des Augustins à Toulouse. 

Sommaire du site




Les arènes romaines

Itinéraire :

        De la place Saint-Jacques, on reprend la rue Saint-Jacques et on descend par la rue des Anciennes Arènes, la place du Cirque et la rue du Moulin à huile


       
Le seul monument romain conservé à Béziers est constitué par un amphithéâtre, que l'on appelle les arènes romaines. Après une période de fouilles fructueuses, leur réhabilitation est entreprise de manière à rendre sensible et attrayant l'espace qu'elles occupaient.

        Par une sorte de paradoxe l'aspect général du site des arènes romaines est médiéval, tant il a été récupéré et utilisé au Moyen Âge comme espace à bâtir en même temps qu'il a servi de carrière pour la construction de l'église Saint-Jacques proche. C'est un amphithéâtre ovale mesurant 108,30 mètres sur le grand axe et 88,60 mètres pour le petit et pouvant contenir treize mille spectateurs environ ; l'arène mesurant 62 mètres sur 42,30 mètres. Il a été édifié partie sur le flanc nord-est de la colline Saint-Jacques et partie sur des terrassements. Il témoigne de l'importance de la ville romaine.

        Depuis plus de vingt ans, après l'achat des parcelles et immeubles installés dans ce périmètre, la ville s'est attaquée à une réhabilitation de l'îlot des arènes : dégager le site, retrouver les niveaux, maintenir et conforter les éléments demeurés en place, gradins, vomitoire, cavea ambulacre, soit un tiers de l'amphitéâtre ; restaurer les édifices médiévaux, renaissance, voire plus récents pour les rendre habitables et éviter de faire un quartier musée

 

Réhabilitation du centre ville : l'îlot médiéval


La maison médiévale
 
L'hôtel de la Mercy
Sommaire du site




L'hôtel de ville

Itinéraire :

        On quitte les arènes romaines par la rue du Moulin à Huile et la rue Gaveau. . On suit ensuite la rue de l’Argenterie, traversant un ancien quartier médiéval, la rue de la Rôtisserie et l’avenue Alphonse Mas que l’on remonte jusqu’à la place Gabriel Péri et la Mairie. Avant d’entrer dans la Mairie, un petit crochet sur la gauche permet d’entrer dans la rue Française puis sur la place Pepezuc..
Beziers
        L’hôtel de ville est situé sur un emplacement qui avait été dans l’antiquité celui du forum romain. Au 13e siècle, les consuls s’y installèrent. La façade sur la place est un habillage de 1747 et présente tous les symboles de l’autonomie de la commune, la tour et la cloche. Passé le porche, la mairie présente des bâtiments autour d’une série de cours intérieures. Au premier étage, la salle du conseil porte une décoration du peintre Guiraud (1937) qui retrace les grands événements de l’histoire de la ville.

        En sortant de la mairie, on tourne à gauche pour prendre la rue du Quatre Septembre 1870 qui nous offre quelques boucles intéressantes pour découvrir quelques hôtels particuliers. Au n°27, l’hôtel Dulac, ancien hôtel de Beausset de Roquefort qui abrite un certain nombre de services municipaux dont les archives. On y admire la belle façade du 18e siècle sur cour, la tour et l’aménagement intérieur du 19eme siècle.

        En continuant, prendre à gauche la rue Mairan pour voir le porche et la cour intérieure avec puits du 16e siècle de l’hôtel de Sorgue où Catherine de Médicis a résidé en 1565 lors de son tour de France avec son fils, le jeune roi Charles IX. De retour dans la rue du Quatre Septembre, prendre à droite la rue Montmorency où plusieurs hôtels particuliers présentent des porches et des façades de grande élégance. La rue du Quatre Septembre offre elle aussi des immeubles intéressants aux numéros 7, 18 et 20 avant de déboucher sur les Allées Paul Riquet avec lesquelles commencent les quartiers du 19e siècle.
Sommaire du site

 

Guide d'accès aux pages du site
Sommaire
Index général

La croisée des eaux


 

a
La
croisée des eaux


       
Elle est constituée par la rencontre de l’Orb et du Canal du Midi troisième site patrimonial le plus visité du Languedoc- Roussillon qui avec 425 000 visiteurs a battu son record d’affluence. Cet ensemble permet à Béziers d'avoir «un paysage aquatique». En amont, un parc, le jardin de la Plantade, aménagé sur la rive de l'Orb au milieu du 19e siècle et accolé à un moulin du 12e siècle, le moulin de Bagnols qu'un ingénieur biterrois, Cordier utilisa et rajeunit pour en faire le point de pompage de l'eau destinée à être distribuée dans la ville (1827).

         Vers l'aval, les ponts qui donnent une des clefs du site de Béziers, le franchissement de l'Orb : pont vieux, ouvrage du 15e siècle sur des infrastructures vraisemblablement romaines, pont neuf (1854), pont de chemin de fer (1857), pont d'occitanie (1988), enfin le pont canal (1857) dont l'allure classique s'intègre parfaitement dans l'architecture des ouvrages du 17e siècle.

        La disparition du trafic de marchandises ne doit pas faire oublier les ports. Le port Notre Dame, 17e siècle, au pied des écluses - avec le bâtiment des accélérés et le port neuf, 19e siècle, dont le vaste bassin fréquenté aujourd'hui par la navigation fluviale est appelé à un grand développement. 

        Le tourisme fluvial avec 400 bateaux de location en activité connaît un développement constant et permet une approche différentes des lieux et des sites qui séduit un nombre accru de vacanciers.


 

 

Les Neuf Écluses de Fonseranes

Neuf ecluses

Beziers

Le Pont Canal

Le tunnel du Malpas
Sommaire du site


 

La ville du XIXe siècle

Les nouvelles arènes

        L’extension de la ville vers l’est, après 1850, se fait à partir des grandes avenues (Wilson, Saint-Saëns, du 22 août 1944, Clemenceau, Foch) qui rayonnent depuis les Allées et des voies qui les recoupent le plus souvent de façon orthogonale.
        Sur l’avenue saint-Saëns, se situe le Palais des Congrès, Office de tourisme et les arènes en haut de l’avenue Émile Claparède, inaugurées en 1895, qui abritent les corridas et aussi d’autres spectacles de théâtre, de chant et de music-hall. A quelques distances de là, sur la place Injalbert on goûtera au charme du jardin et de l’atelier d’Antoine Injalbert, sculpteur biterrois (1845-1933), grand prix de Rome (1874).
        Place de Gaulle, un pôle administratif regroupe la sous-préfecture, le commissariat de police, la caisse primaire d’assurance maladie et le collège Paul Riquet.

        Plus vers l’est, sur l’espace de l’ancienne caserne de cavalerie Du guesclin et de la place du 14 juillet (où l'on trouve la statue de Jean Moulin) se constitue à un pôle culturel qui rassemble l’antenne universitaire Du Guesclin, le CIRDOC (centre interrégional de documentation occitane), et la médiathèque de l’agglomération de Béziers Méditerranée, signée Wilmotte.

 

 

L'extension de la ville au XXe et XXIe siècle


       
Au XXe siècle, la ville, a poursuivi son extension vers l’Est : grandes cités H.L.M., Grangette, Dullague, Iranget, quartier nouveau de la Devèze. 
On y trouve grands immeubles, ensembles pavillonnaires, grandes surfaces commerciales et leurs parkings, zones industrielles et des équipements collectifs : cité scolaire Jean Moulin (3 500 élèves), collèges, école de musique, stade de la Méditerranée, nouvel hôpital, églises, gendarmerie.

       Par la rocade (voie express Est), on accède à l’autoroute A9 et à l’autoroute 75 (Paris-Béziers par le Massif Central) et par la RN112, à l’aéroport de Béziers.

       Par la D28 on accède au golf Saint-Thomas : aménagé au milieu de la garrigue, il offre un parcours sportif, un espace de loisirs et des possibilités de logement dans un «véritable village languedocien». Sur le chemin du golf, le château et le domaine de Saint-Bauzille illustration de la prospérité viticole du 19e siècle présente une collection rare de pianoforte des 18e et 19e siècles.

Sommaire du site


La médiathèque André Malraux, nouveau joyau du patrimoine architectural biterrois
Mediatheque
 

         Du parvis, à droite, la Médiathèque s’offre aux regards : éblouissante de lumière, faite de pierre claire, révélant la luminosité particulière à la région, sobre de lignes mais dégageant une ambiance méditerranéenne. Un bâtiment d’une surface totale de 8 000 m2 assemblage de trois blocs monolithes de pierre et de verre, de quatre niveaux pour le corps central s’organisant autour du vide intérieur d’un patio, traité en tapis vert, gravillons avec différentes variétés d’arbres, véritable cœur de l’édifice.


        
Un bâtiment à double lecture visuelle, de jour et de nuit. Le jour, mise en valeur de la monumentalité à travers la luminosité de la pierre des façades et des sols. La nuit, mise en opposition du lumineux et du sombre, avec mise en valeur du bâtiment central rétro-éclairé grâce à un matériau translucide composé d’une fine feuille de pierre collée sur du verre. 
       
C’est cette même impression de luminosité, de clarté, de sobriété mais aussi de fonctionnalité qui domine lorsqu’on pénètre et parcourt l’intérieur de la médiathèque. Un cheminement lisible, aisé, facilitant les relations entre les différents pôles, structuré par un aménagement simple, utilitaire, fluide. Dans le hall, un comptoir concentre plusieurs services : l’accueil, les inscriptions et les prêts. Dans les pôles, les zones de lecture se situent sur le patio afin d’offrir le calme et un confort lumineux pour le lecteur. La salle d’exposition est orientée vers la place et s’ouvre sur une grande terrasse. Un auditorium en liaison avec le patio permet de créer en été des spectacles en extérieur. Des escaliers et des ascenseurs reliés à une grande distribution éclairée naturellement par le patio permettent la desserte des pôles.
         La médiathèque s’inscrit sur le site de l’ancienne caserne Duguesclin. Elle s’ouvre sur la place du 14 juillet, qui comprend une place basse sur laquelle se tiend le marché forain du vendredi, une esplanade ombragée, jardin planté d’arbres et équipée de mobilier urbain qui abrite le monument du mur des fusillés dominé par la statue de Jean Moulin, une place haute, le long de l’avenue Jean Moulin, un parvis à droite de la médiathèque et un mail assurant une liaison piétonnière et paysagère.
        
Avec la Médiathèque, autour de la place centrale, du Champ de Mars, se concentrent un certain nombre d’équipements publics, existants : Cirdoc, groupe scolaire, restaurant universitaire, centre universitaire Paul Valéry, l’IUT. Ainsi se structure et s’affirme un nouveau centre : pôle intellectuel et culturel de l’agglomération et très certainement, demain, de tout l’Ouest Hérault.

         Dès sa conception et depuis son ouverture, la Médiathèque André Malraux s’est engagée dans le concept de qualité marqué par le confort et la qualité des espaces, un fonctionnement adapté, la diversité des services proposés et le respect du public comme de son accueil. Une qualité reconnue par le nombre élevé d’usagers (23 000 inscrits) et l’attribution du label Marianne remis tout récemment.

Sommaire du site


Polygone Béziers : Admirable
Polygone
        Béziers avait les Allées Paul Riquet, ensemble ombragé de huit cents mètres de long, ramblas qui donnent à la cité une allure méditerranéenne et espagnole. A l’aube du XXIe siècle, la ville s’enrichit du Polygone Béziers, plus qu’un bâtiment, une avenue, un paseo, dans le sens espagnol de promenade, qui apparaît selon les mots de l'architecte urbaniste barcelonais Jos Ignacio Galan, son créateur : « comme un vaisseau sur les flots, ouvert sur la nature et étroitement lié à la ville… comme un lieu d’évasion où loisirs et shopping riment avec plaisir. »

        Vu de l’extérieur, le vaisseau amiral du nouveau quartier Rive Gauche a fière allure. Par ses courbures, il épouse merveilleusement le site et par ses couleurs il lui donne une étincelle particulière, celle de l’audace, de la modernité, du beau.

        La première réussite est architecturale : équilibre des masses et des bâtiments, intégration harmonieuse dans l’environnement, occupation harmonieuse de la hauteur avec une ouverture vers le ciel. Une architecture incontestablement innovante, moderne et classique à la fois, qui habille agréablement et rehausse l’espace commercial tout en en faisant non seulement un lieu de vie, mais un nouveau joyau du patrimoine architectural biterrois.
         Sensibles dès l’extérieur, mais éclatantes de l’intérieur, la luminosité, la clarté de la lumière du Sud et l’ensoleillement exaltent les façades et l’intérieur, donnent une identité particulière au site comme au bâtiment. Il faut dire qu’aucun toit, qu’aucune structure ne vient occulter la lumière naturelle sur les trois niveaux à ciel ouvert. Le parti pris paysagiste de Jean Mus y crée des ambiances inspirées des paysages de mer et de montagnes qui entourent Béziers. Le fontainier Jean Max LLorca y ajoute une touche historique et patrimoniale, révélatrice de l’identité Biterroise, en adossant les boutiques à une reproduction du Canal du Midi et les terrasses aux Écluses de Fonseranes. Tandis que la statue La Vita Davanti du sculpteur italien Michelangelo Galliani conjugue le marbre et le métal pour créer une silhouette féminine, sur son piédestal, scrutant le panorama.qui s’étend à ses pieds
.
         A la lumière et au soleil qui traduisent l’héliotropisme architectural du site se conjugue l’eau, source de vie, de lointains cheminements, mais aussi de détente, de promenade, de nature, d’un art de vivre et d’une recherche de plaisirs. Tandis que mûrier, platane, laurier sauce pyramidal, pin d’Alep, cyprès, olivier, jasmin étoilé, arbres et essences méditerranéens introduisent une touche de verdure le long du canal, autour des aires de repos, jusque sur les terrasses, créant ainsi un sentiment de détente, de fraîcheur et un appel à un certain art de vivre propre à Béziers.

         Signée Patrick Ribes, la décoration s’enrichit de motifs sur le sol, d’aires de repos, de ponts de bois et ponctue cet art de vivre de la recherche d’un bien être permanent.

Sommaire du site

 

 

Guide d'accès aux pages du site
Sommaire
Index général

 


 


Propositions de promenades dans le Biterrois


Utiliser la carte Michelin rouge n° 527 : «Le Languedoc-Roussillon», la carte Michelin Carcassonne, Montpellier, Nîmes n° 83 ou la carte IGN 34, département de l’Hérault.

       Vers le Sud, et la mer entre l’embouchure de l’Hérault et celle de l’Aude, on trouve vingt kilomètres de plage de sable fin. Les activités balnéaires et nautiques peuvent être pratiquées au Grau d’Agde, à Rochelongue, à La Tamarissière, à Vias plage, à Portiragnes plage (La Redoute), à Sérignan plage et à Valras. Valras enfin, village de pêcheurs à l’embouchure de l’Orb. Devenue commune en 1927, Valras est la station la plus ancienne, la plus urbanisée et la plus importante du Biterrois. Dotée aujourd’hui d’un port de plaisance, elle a conservé une activité de pêche.

     En arrière du littoral, de gros villages anciens se recommandent à l’attention : églises gothiques en lave noire du 14e siècle à Vias, Portiragnes, église romane remaniée aux 16e et 17e siècles et maisons (15e et 16e siècles) dans le centre de Villeneuves-lès-Béziers. Sérignan ajoute au charme de son quartier ancien, trois centres d’intérêt majeurs : l’Église gothique de Notre dame de Grâces (MH.), un centre culturel comprenant une médiathèque, un musée du cheval et l’espace d’art contemporain Gustave Fayet ; enfin, près de l’Orb, une salle de spectacles de 700 places, la Cigalière, dont l’environnement sur trois hectares, aménagé par Daniel Buren, présente «un Parc Rayonnant» de cent soixante dix poteaux en inox déployé, illuminés de l’intérieur par de la fibre optique. Cet espace ainsi structuré est à voir de préférence à la nuit tombée.

       Le musée d'art contemporain de Sérignan possède une collection constituée principalement de dons et d'oeuvres d'artistes comme Vincent Bioulès, Robert Crumb, Dado, Daniel Dezeuze, Claude Viallat, Fabrice Hybert ou Olivier Debré. Une partie de la façade du musée est recouverte d'une fresque de 40 m2 d'Erro, intitulée "les Femmes fatales" et représentant des figures de femmes (Jeanne d'Arc, Madonna, Wonder-woman, Tank Girl), inspirées de l'univers des comics américains. Peintes par l'artiste entre 1987 et 1996, elles ont été réalisées en céramique au Portugal. Cette oeuvre est un don de l'artiste islandais.
 

       Vers l’Est, au delà de l’embouchure de l’Hérault, le Cap d’Agde est une énorme station balnéaire créée autour de ports de plaisance et dotée d’un grand nombre d’installations sportives - golf, tennis - et culturelles - Palais des Congrès, Musée de l’Ephèbe (présentation de matériel de fouilles subaquatiques). Le plus grand complexe naturiste d’Europe jouxte la station. Au bord de l’Hérault, visiter la cathédrale Saint-Etienne de la ville d’Agde ses vieux quartiers, les restes de remparts, quelques maisons anciennes. En remontant la vallée de l’Hérault, visiter à Saint-Thibéry, les restes du pont romain sur l’Hérault avec l’ancien moulin à blé et la façade reconstruite au 18e siècle de l’ancienne abbaye bénédictine.

       Vers l’Ouest, le canal du Midi donne au village de Colombiers son originalité : visiter le pont de l’époque de Paul Riquet (et deux lavoirs à proximité) et le port fluvial dans une anse du canal. La maison du tourisme est installée dans l’ancienne cave du château dont la charpente est en forme de carène de bateau renversé.

       Visiter à Nissan, l’église des 13e et 14e siècles (avec un petit mais intéressant musée d’art sacré), et surtout deux sites exceptionnels. Le tunnel du Malpas a été creusé en 1679 par Paul Riquet dans le tuf de la colline pour faire passer le canal des deux mers. Le site antique d’Ensérune est un ancien Oppidum. On trouve sur le site même, dans le musée fouillé le résultat des fouilles : ustensiles, armement, monnaie, poteries grecques campaniennes, massaliotes, indigènes. De la colline d’Ensérune, on découvre l’étang de Montady, et le plan rayonnant des canaux de drainage qui, de la périphérie, évacuent vers le centre l’eau qui s’écoule par un tunnel de 1364 mètres sous la colline, vers l’étang de Capestang. La tour de Montady (12e siècle) domine ce paysage géométrique.

      
Le village de Capestang a un passé médiéval prestigieux. On y admire la grande collégiale (14e siècle) qui domine le village, construite par le même maître d’oeuvre que la cathédrale de Narbonne dont le choeur et le chevet sont d’une ampleur exceptionnelle (voûtes à 29 mètres de hauteur). Le château, se présente comme une solide construction défensive agrémentée d’une splendide salle, dite salle des États.

      A sept kilomètres de Capestang, il faut visiter l’abbaye de Sainte-Marie de Quarante dont il ne reste que l’église romane. Une autre abbaye intéressante sur le territoire de Cazedarnes est celle de Fontcaude

     Plusieurs châteaux attirent l’attention du touriste. Entre le village de Maraussan et l’Orb, celui de Perdiguier, fortification médiévale enrichie d’une belle cour intérieure et de corps de logis du 17e siècle. Aujourd’hui hôtel de prestige, le château de Lignan, ancienne résidence d’été des évêques de Béziers, offre une belle façade du 18e siècle sur la terrasse et les jardins. Le château de Raissac enfin, belle construction du 17e siècle reprise au 19e rassemble le triple intérêt d’un domaine viticole (visite des chais du 17e siècle et dégustation), d’une extraordinaire collection de faïences du 18eau 20e siècle et d’un atelier de création de faïences animé par Christine Viennet.

      
Après le village de Lignan sur Orb, par la départementale 19, on gagne Murviel les Béziers, circulade médiévale intéressante (château, mairie actuelle 15e siècle , église 15e /16e siècles), on parvient au site de Réals sur les bords de l’Orb. La rivière qui franchit en cascade une barre rocheuse avant d’entrer dans la plaine a été aménagée en parcours de canoë-kayac.


      
Entre l’Orb et l’Hérault, le vignoble est le paysage dominant, parsemé de gros villages anciens, groupés autour de leur église (le plus souvent église romane remaniée ou agrandie au 14e siècle) et fréquemment sur un plan circulaire qui leur a valu l’appellation de circulades.

      
Très près de Béziers, à sept kilomètres environ, sur la RN9, on peut visiter les jardins de Saint-Adrien, (commune de Servian) véritable oasis de verdure et de fraîcheur, aménagés dans une ancienne carrière grâce à une source abondante. Sur la route D5, voir à l’entrée de la commune d’Espondeilhan la petite église romane de Notre Dame des Pins (11e-12e siècles). Continuer sur Roujan et de s’arrêter ensuite à l’abbaye, château de Cassan. Ancienne abbaye de chanoines Augustins (11eme siècle) puis de Génovéfains‚ (17e siècle), sépulture des Trencavel, vicomtes de Béziers, elle a conservé la plus belle façade classique du département de l’Hérault (65 mètres) dominant terrasse et jardins.


      
A Magalas voir un musée de la préhistoire (fouilles de Montfo), des vestiges médiévaux importants (portes, porches, églises du 13e siècle) et en bordure de la RD 909, «l’espace du carillon des vins et des campagnes» qui présente avec un caveau de dégustation de vins, un musée campanaire et son joyau le carillon «Jan Donnes» de quarante cloches. A Puissalicon, dans le cimetière du village, on voit une tour clocher romane seul reste d’une église détruite pendant les guerres de religion.

      La visite de Pézenas, classée ville d’art, s’impose au touriste. La ville a conservé un ensemble architectural important du 15eau 19e siècles, préservé et mis en valeur depuis un siècle. On y trouve une trentaine d’immeubles et de sites classés de très grand qualité. Parmi eux, l’Hôtel Dieu, l’ancienne maison des Consuls, la porte et le quartier de la Juiverie, le collège et les hôtels particuliers, de Lacoste, de Landes, d’Alfonce, de Saint-Palais, de la Malibran, etc… Et aussi l’ancienne collégiale Saint-Jean (18e siècle), l’église Sainte-Ursule (17e), l’ancienne chapelle des Pénitents Noirs (16e) devenue théâtre en 1804. Un itinéraire fléché et une signalétique facilitent la visite de cet ensemble exceptionnel. Le musée de Vuillod-Saint-Germain, installé dans un hôtel particulier, présente des collections de faïences séduisantes.

a

      La découverte du Biterrois et de son vignoble permettra au visiteur de faire halte dans les nombreux caveaux de dégustation des caves coopératives ou particulières signalés le long des routes. Les avant-monts offrent deux terroirs AOC, celui de Saint-Chinian et celui de Faugères.
      A Saint-Chinian voir l’église des 17e et 18e siècles et la façade 18e siècle de l’ancienne abbaye bénédictine (aujourd’hui mairie) ainsi qu’une maison des vins, vitrine du terroir qui porte son nom.

      Faugères possède aussi une maison des vins et, en plus, au hameau de Soumattre un écomusée des abeilles -l’oustal des abeilles -. Ce village ancien - vestige des remparts et du château (12e siècle), ancien temple protestant (1577) - révèle d’autres originalités, les capitelles qui parsèment les garrigues de son territoire ainsi que des moulins du 16esiècle restaurés et en état de marche.

      Il est possible bien sûr d’élargir le champ de ces escapades biterroises, à l’ouest vers le Narbonnais, au Nord, en remontant les vallées des fleuves, celle de l’Orb vers Bédarieux, Lamalou les Bains et au delà vers le Caroux et l’Espinouse, celle de l’Hérault et de son affluent la Lergue vers Lodève et le Larzac, enfin à l’est en direction des étangs languedociens et plus loin vers Sète.

Sommaire

Autres circuits

 

Guide d'accès aux pages du site
Sommaire
Index général

 


Adresses contacts touristiques et culturels


Béziers
  • Office de Tourisme
    Immeuble Chapat, 1 avenue Wilson 34500 Béziers ou Béziers-Centre Historique 2, Place Gabriel Péri 34500 Béziers Téléphone : 04 99 41 36 36 Contact
  • Services culturels de la ville de Béziers
    Square Jean Gailhac 04 67 31 76 76

  • Archives municipales
    Hôtel Dulac 27, rue du 4 septembre 34544 Béziers cedex-Tél : 04 67 36 73 69 télécopie : 04.67.36.71.00 Mail
    Spécialité : Archives de la ville de Béziers depuis le12eme siècle.
  • La Médiathèque André Malraux (MAM) 1, place du 14 juillet 34500 Béziers Tél : 04 99 41 05 50 http://www.mediatheque-beziers-agglo.org
    Heures d’ouverture : mardi, mercredi, vendredi, samedi : de 10 heures à 18 heures  - dimanche : de 14 heures à 18 heures
  • Centre de documentation de la CCI (antenne de l'INSEE Languedoc-Roussillon)
    26, allées Paul Riquet BP 371 34504 Béziers cedex Tél : 04 67 49 58 58
    Spécialité : Économie nationale, régionale et locale : statistiques et études (industrie, commerce, tourisme et services) droit commercial, droit des affaires et droit social
  • CIRDOC Place du 14 juillet BP.180 Espace Du Guesclin 34503 Béziers cedex -Tél : 04 67 11 85 10 -
    Spécialité : Langue et culture occitanes poésie, théâtre, romans, contes, essais, textes juridiques et documents historiques
  • .Centre Universitaire Duguesclin
    Avenue Jean Moulin BP.310 34 506 Béziers -Tél : 04 67 31 80 81
    Spécialité : Sciences humaines : histoire, géographie, langues modernes, communication, musique
  • .Jardin de la villa Antonine Maison Injalbert
    74, Rue Jean Valette 34500 Béziers tél 04 67 76 10 11
  • Jardin médiéval de Béziers : site historique de St Jean des Anneaux. Le jardin est ouvert au public le jeudi et le samedi après midi, de 14h à 17h30.
  • L'espace de Béziers Méditerranée Oenopôle Maison des terroirs et cépages - Béziers Œnopole
    Mail Chapat - 1, Avenue du Président-Wilson 34500 Béziers. Tél. : 04 67 76 20 20
  • Le marché paysan de Béziers : Le marché paysan qui se tient tous les samedis sur la place de la Madeleine et qui se caractérise par une exigence de qualité et de traçabilité rencontre un tel succès qu’il s’étend au mercredi, de 17 h à 20 h, sur la place de la Citadelle
  • .Musée des Beaux Arts Fabregat
    Place Révolution 34500 Béziers - Tél : 04 67 28 38 78
    Ensemble de peintures anciennes françaises, italiennes, hollandaises, espagnoles. S’y ajoutent la collection d’art moderne ayant appartenu à Jean Moulin (Chirico, Soutine, Dufy) et des dessins et aquarelles de sa main.
  • Musée des Beaux Arts Fayet
    9, Rue Capus 34500 Béziers - Tél : 04 67 49 04 66
    Dans cet hôtel particulier du centre ancien, on peut admirer une collection de peinture et de sculpture du 19eme siècle, en particulier le fonds d’atelier du sculpteur biterrois Antoine Injalbert (prix de Rome 1874).
  • Images  Musée du Biterrois
    Caserne Saint-Jacques Rampe du 96è  34500 Béziers -Tél : 04 67 36 71 01
    Il fait revivre l’histoire naturelle et humaine de Béziers et de sa région, illustrée par des collections de paléontologie, d’archéologie, d’histoire et d’ethnologie.
  • Muséum d’histoire naturelle
    Caserne Saint-Jacques Rampe du 96è  34500 Béziers -Tél : 04 67 36 71 01
    Présentation de remarquables collections d’oiseaux, d’insectes, de minéraux et de fossiles régionaux et européens.
  • Espace Riquet
    Rue Massol 04 67 28 44 18
    Dans l’ancienne chapelle du couvent des Jacobins est dégagé un espace d’expositions temporaires ouvert sur l’expression artistique comme sur les présentations des musées de Béziers.
  • Espace taurin
    Mail Chapat, 1, avenue du Président Wilson 04 67 35 28 46
    Une exposition permanente donnant les clés de la culture taurin à partir des collections de l’Union taurine biterroise, et un espace d’expositions temporaires.
  • Parcs et jardins de Béziers
    Jardin des Evêques - Jardins de la Villa Antonine - Cimetière vieux - Plateau des Poètes
  • Service d'archivage multirégional de la SNCF :
    Rue du Lieutenant Pasquet Ancienne Cour Sernam 34500 Béziers Tél : 04 67 56 61 35
    Spécialité : archives historiques du personnel de la SNCF
  • Société archéologique scientifique et littéraire :
    Hôtel Bergé BP. 4009 Rue du Dr Bourget 34500 Béziers cedex Tél : 04 67 28 05 40
    Spécialité : Histoire générale et régionale. Collections de bulletins de sociétés savantes, archives depuis le 13eme siècle, manuscrits de la société depuis 1834, concours de langues romanes
  • Société d’études des sciences naturelles de Béziers :
    Musée du Biterrois Caserne Saint-Jacques Rampe du 96è 34500 Béziers -Tél : 04 67 36 72 81
  • Château de Saint-Bauzille :
    Route de Bessan 34500 Béziers Tél : 04 67 62 26 05. Ouvert tous les jours d’avril à octobre de 14 à 18 heures.
  • Château de Raissac :
    Route de Murviel 34500 Béziers Tél : 04 67 49 17 60. Ouvert du lundi au samedi de 14 à 18 heures.
    Musée de la céramique
  • Béziers aventure :
    Parcours acrobatique forestier Bois de Bourbaki à Béziers Tél : 06 25 43 41 37
    E-Mail


L'agglomération Béziers Méditerranée

La cartographie de l’agglomération Béziers Méditerranée

  • Le tourisme : monuments religieux, offices de tourisme, musées et galeries d'exposition, centres d'intérêts touristiques.
    Les transports : bus, gare ferroviaire, aéroport, autoroutes, taxis.
  • Les équipements : équipements culturels et sportifs, théâtres, salles de spectacle et cinémas, bibliothèques et médiathèques, Piscines, enseignement supérieur, crèches, hôpitaux et cliniques, structures socio-économiques.
Sommaire du site

 


Le Biterrois
Sommaire du site

 
 


Pour continuer la visite de Béziers
Renseignements pratiques



 

 Guide d'accès aux pages du site 

Accueil
Histoire de Béziers et du Biterrois
La vie de la cité

Dossier économique

Le tourisme

Contacts et liens

Rencontres culturelles

Béziers-Méditerranée

Parc touristique des pays de Béziers
Le livre d'or de Béziers et du Biterrois
Le dossier de la recherche biterroise
Zone Franche urbaine de Béziers